Tribune

Cause ou conséquences ?

Alexandre Conflitti

Publié

le

Excelsior

Depuis plusieurs semaines, le monde est touché par la plus grande crise sanitaire jamais observée depuis le début de la mondialisation. De mémoire d’homme, la dernière crise similaire remonte à plus d’un siècle. Il s’agissait alors de la grippe espagnole. Cette pandémie avait causé près de 25 à 50 millions de morts selon l’Institut Pasteur … 

De nos jours, nous devons une nouvelle fois faire face à un ennemi invisible contre qui, prendre les armes nous est impossible. Le seul « combat » que nous pouvons mener est celui contre la solitude, car notre seul moyen de lutter est l’isolement. Cet isolement, je l’espère, sera pour chacun d’entre nous un temps de réflexion et d’introspection. C’est hélas la seule chose que nous pouvons faire, regarder. Regarder notre famille, nos amis, nos collègues et plus particulièrement « les soldats au front », regarder, impuissants, périr sous les coups d’un ennemi contre qui la seule stratégie que nous pouvons mener est la défense. Une défense que nous n’avons pas préparée car des années de restriction et de coupe budgétaire pour notre système de santé, qui malgré cela est considéré comme l’un des meilleurs du monde, s’essouffle et peine à reprendre sa respiration. Les échos du désespoir de l’avant crise sont plus audibles que jamais. 

Et l’après crise alors ? Comme à son habitude, le peuple français s’obstinera à trouver une tête à couper, histoire oblige ! Est-ce là, la réponse ? Chercher un coupable plutôt qu’une solution ? Je ne le crois pas … Commençons dès aujourd’hui à faire le constat de nos erreurs afin d’améliorer ce qui peut l’être. 

Prenons la logistique, un mot assez désuet qui veut dire à la fois peu et beaucoup de choses. Je pense que chaque personne a conscience que le secteur de la logistique de notre pays en ces temps de guerre souffre. Demandez donc à ces hommes et femmes courageux qui parcourent le pays pour s’assurer que nous puissions, chaque jour, manger à notre faim. Leur voix raisonne de mécontentement quant à leurs conditions. Mais pourquoi ne pas trouver une solution ? Notre société moderne n’est-elle pas fondée sur le savoir et la technologie ? Beaucoup me diront que oui ! Regarder autour de vous, dans votre quotidien, en quoi, à ce jour, le progrès nous aide-t-il à lutter contre cette crise ? Vous allez chercher un certain temps, j’en ai bien peur. Car depuis quelques années la technologie n’a plus vocation à nous élever mais à nous divertir, quitte, à nous abrutir parfois… 

Revenons-en à la logistique. Un exemple me vient: les drones ! Ils seront l’exemple qui illustrera parfaitement mon propos. 

Disponible pour les particuliers, il permet entre autres de voler dans les airs tout en étant muni d’une caméra afin d’observer notre environnement en prenant au sens large « de la hauteur ». Un divertissement de plus … 

Non ! Pas pour nombre de nations à travers le monde qui, en l’état actuel des choses ont su dé-travestir le travers idéologique de cette technologie divertissante en faisant des drones utilitaires. De la sécurité à l’agriculture en passant par la livraison, le drone volant s’impose comme un outil indispensable durant cette guerre. 

Reprenons le constat précédemment établi ainsi que la directive à y apporter. Les routiers travaillent dans des conditions qui ne leur conviennent plus et sont au bord de l’implosion.  

Mieux vaut-il trouver des coupables ou des solutions ? Une problématique, une idéologie et la solution. Est-ce là la réponse que vous attendiez ? J’en doute … Ces quelques lignes ne prétendent pas faire foi d’une solution miracle, qui n’existe évidemment pas. A chaque problème, il y a certes, une conséquence, à laquelle j’ai essayé naïvement de répondre mais il y a aussi une cause ! Peut-être est-ce là le problème de notre monde: nous cherchons des solutions aux conséquences de nos actes. Ne serait-il pas plus sage de se questionner sur la cause afin d’en tirer les leçons de nos erreurs ? N’est -il pas mieux de solutionner une cause plutôt qu’une multitude de conséquences ? 

Un exemple me vient encore ! Durant ces 30 dernières années nous avons passé notre temps à déconstruire ce que l’après-guerre nous avait apporté. Travail, industrie, acquis sociaux et j’en passe … Prenons l’industrie, regardez où nous en sommes ! 

Quand chacun crie à la solidarité, ce sera à l’état qui paiera le mieux qui bénéficiera du gel et des masques. Nous en sommes rendus là… La cupidité des hommes toujours plus grandissante nous a poussés à chercher une main d’œuvre toujours plus abordable. Le résultat ? Chacun d’entre nous le connaît… Les conséquences sont là, nous ne pouvons faire face à cette guerre faute de pénurie de matériels. Mais la cause n’est-elle pas plus importante à traiter ? Si nous devons apprendre quelque chose c’est bien que la mondialisation à ses limites … 

Une question supplémentaire que beaucoup se posent: la politique d’investissement française est-elle bonne ? Ne devons-nous pas pivoter vers un nouvel équilibre afin que notre peuple ne soit dépendant d’aucun autre ? Ne voyez pas dans ces mots un discours nationaliste mais plutôt rationaliste ! L’histoire est mère de sagesse et elle nous enseigne que durant les siècles précédents de nombreuses nations ont mené un lourd combat. Un combat contre une idéologie établie qui ne pouvait souffrir d’une remise en cause. Un combat juste, avec une nouvelle idéologie à défendre qui méritait qu’on se batte pour elle, je parle bien entendu de l’indépendance. Notre interdépendance aura été notre perte dans cette crise, c’est pourquoi, il nous faut pouvoir répondre efficacement quand une crise nous touche. 

Pour conclure, et vous l’aurez compris, la morale de ces quelques lignes est que nous devons simplement prendre conscience des causes de nos problèmes afin d’en limiter les conséquences.

 

Co-écrit par Davy Légier