Tribune

Concilier expérience utilisateur et SEO, une nécessité ?

Emmanuel de Vauxmoret

Publié

le

C’est la dernière annonce en date qui révolutionne le petit monde du SEO : parmi les nombreuses normes qui permettent à Google de mettre en avant un site, des nouveautés importantes vont voir le jour en mai 2021. A partir de mai prochain, des critères supplémentaires vont être pris en compte par le roi des moteurs de recherche pour déterminer quel site mérite ou non d’être bien positionné. Et parmi les nouveautés notables, la mesure de l’expérience utilisateur est un paramètre qui va gagner en importance. certaines agences seo prennent d’ores et déjà en compte ce paramètre dans l’analyse des sites de leurs clients

 

Un nouveau levier de référencement

 Pour gagner des positions sur Google, un site doit accorder une importance particulière à trois leviers

  • Le site doit être techniquement irréprochable ; les pages 404 et autres liens cassés sont sévèrement sanctionnés.
  • Le contenu du site doit apporter une vraie valeur ajoutée, il doit être structuré et aborder des thématiques novatrices. Les textes dupliqués sont proscrits.
  • Si le site est cité par d’autres sites à fort trafic, Google va également lui faire gagner des positions.

 

A partir de mai 2021, il conviendra de prendre en compte un quatrième volet, dont la teneur est pour le moins conséquente : la division UX, autrement dit « expérience utilisateur ». L’UX mesure la fluidité du parcours client, le confort de lecture, le temps de chargement, la stabilité de l’interface …

 

Une nouvelle update dès mai 2021

Google a présenté en mai dernier sa dernière update Google page Expérience qui sera donc appliquée à partir de mai 2021. Le message fort de cette update est clair : pour être (ou rester) bien positionné, un site devra proposer aux internautes une expérience utilisateur de haut niveau.

 Plus concrètement, des algorithmes supplémentaires, que l’on appelle les Signaux Web essentiels (Core Web Vitals, ou CWV) seront pris en compte :

  • CLS (cumulative layout shift) : ce critère permet à l’internaute de bénéficier d’une interface stable, confortable et facile d’utilisation
  • FID (first imput delay) : ce critère permet d’améliorer l’interactivité, c’est-à-dire que l’internaute doit pouvoir cliquer de façon intuitive sur l’élément principal d’une page.
  • LCP (largest contentful paint : l’élément principal de la page doit immédiatement être visible par l’internaute.

 

Ces critères s’ajoutent aux paramètres UX déjà pris en compte par Google :

  • Le site doit être « responsive » : en d’autres termes, il doit être aisément compatible avec les mobiles AOS et Android, et être facile à utiliser avec n’importe quel téléphone. Vous avez un e-shop et vos internautes ne peuvent pas acheter depuis leur téléphone ? Vous devez résoudre ce problème au plus vite.
  • Le site doit pouvoir permettre aux internautes une navigation sécurisée, et ne contenir aucun contenu malveillant

La page doit être diffusée en HTTPS et non en HTTP

  • Le site ne doit pas contenir d’interstitiels intrusifs ; les sites qui proposent des publicités abusives proposant par exemple un abonnement à une newsletter de façon « agressive » seront pénalisés dans leur ranking.

 

 SEO et UX, deux paramètres nécessaires et compatibles

 

Il convient de noter que certaines agences n’ont pas attendu les nouvelles normes de Google pour travailler avec leurs clients sur l’amélioration de l’expérience utilisateur de leurs internautes.

 Fournir à ses clients un site à l’UX optimal est en effet une question de bon sens : Il est en effet évident qu’un bon site est un site qui a été conçu avant tout à destination de son utilisateur final.

Lorsqu’on construit un site, ne garder en tête que la dimension SEO du référencement, et faire appliquer scrupuleusement et sans aucun recul les normes demandées par Google, est à la portée de toute personne expérimentée et rigoureuse. Le résultat peut en revanche être un site un peu « froid », qui donnera une image rigide de votre entreprise et ne donnera pas envie aux internautes de revenir régulièrement le visiter.

 A l’opposé, construire son site sans tenir aucun compte des attentes de Google et naviguer à vue se révèle rapidement dangereux.

 Mais coupler une logique SEO avec une logique UX, garder toujours en tête les attentes et les envies des utilisateurs, ne pas configurer son site uniquement en pensant aux attentes de Google mais aussi à celles des visiteurs de votre site, permettra de faire la différence par rapport aux concurrents.

 On peut également appliquer cette réflexion au contenu de votre site : un contenu exclusivement destiné à l’optimisation devient rapidement illisible, tandis qu’un contenu structuré, organisé et à forte valeur ajoutée (sans que le rédacteur oublie pour autant de dispatcher judicieusement maillage interne et mots clés !) vous permettra à la fois de mettre en avant votre entreprise et de remplir les critères d’exigence de Google.

Concilier SEO et UX, un challenge à ne pas perdre de vue pour mettre en avant son site.

 

À lire aussi : Les algorithmes influencent-ils nos choix ? 

 

 

Emmanuel de Vauxmoret