Tribune

Connaissez vous vraiment le concept du Design Thinking ?

Lisa Lambert

Publié

le

Pour comprendre ce qu’est le Design Thinking il est important d’en connaître ses racines. Quand et comment la notion est-elle arrivée ? Comment a-t-elle évolué ? Qui en sont les principaux auteurs ? 

 

Le Design Thinking est plus qu’une méthode, c’est un concept !  

C’est une méthode qui met en avant l’importance du travail de groupe. Lorsque l’on a découvert des stratégies comme le Brainstorming, la mise en relation des points de vue des différents secteurs de l’entreprise s’est imposée. 

Car il est bien connu qu’ensemble on va plus loin et que nos différences font nos forces. Allier les idées de chacun permet en effet d’augmenter la créativité et de booster la réflexion. 

Lorsque l’on met en place un nouveau projet, chaque personne à un avis différent sur sa mise en production.

C’est donc grâce à la réflexion commune des designers, des “marketeurs”, des informaticiens, etc… que les meilleures idées émergent. L’intelligence collective est au cœur de la méthode de Design Thinking.  

Le but concret de cette méthode est de fournir une expérience client optimale, des entreprises comme Airbnb ont utilisé le Design Thinking dans la conception de leur application. 

 

Où, quand et par qui a-t-il été inventé ? 

Suite à la découverte du brainstorming par Alex Osborn dans les années 50, l’université de Stanford se penche sur l’idée et travaille des méthodes de réflexions différentes.

Peter Rowe publie le livre “Design Thinking” en 1987 ; c’est donc ici que commencent les nombreuses expériences sur ce concept. 

David Kelley et Tim Brown, fondateurs de l’agence IDEO, mettent ensuite en place une méthodologie pour mettre le Design Thinking au service de l’innovation. 

Mais le nom qui ressort le plus lorsque l’on parle de Design Thinking est celui de Rolf Faste, et pour cause, il était le directeur du département Design Product de Stanford qui a établi les bases de la réflexion.

Jeremy Gutsche est un entrepreneur et élève de Stanford qui a lui aussi remodelé la pensée Design Thinking selon son opinion. Sa méthode est la plus suivie par les jeunes entrepreneurs. 

Il existe donc différentes “versions” de méthodes applicables pour faire du Design Thinking un moteur d’innovation. 

 

Les différentes façon d’intégrer le Design Thinking 

Les 7 étapes de Rolf Faste 

A l’origine, Rolf Faste est le précurseur de la première approche concernant le Design Thinking. Il réunit 7 étapes clés dans le processus de création pour délivrer un produit ou un service de façon efficace et rapide. 

  • Définition du problème
    Tout projet a pour but de répondre à une problématique, un problème de société auquel le produit répondra. Lors de ce processus créatif, les éléments principaux du projet sont déterminés. Quels sont les aspects à écarter et ceux à garder ? En bref, l’établissement des bases. 
  • Recherche
    Cette étape permet de mettre en lumière les principaux problèmes liés à l’expérience utilisateur qui auront lieu pendant tout le parcours client. 
  • Idéation
    Le regroupement d’idées grâce au brainstorming de toute l’équipe, après avoir réfléchi chacun de son côté, permet de trouver les réponses innovantes adaptées au problème.
  • Prototypage
    C’est une étape clé dans le processus de Design Thinking, elle permet à tous de visualiser et d’établir les premières ébauches du projet. 
  • Sélection
    Suite à une première pré-sélection qui comprend les contraintes techniques, de temps et de budget, une liste restreinte d’idées sort du lot. Chacun présente une idée et s’ensuit un débat sur laquelle est la plus novatrice, réalisable et rentable. 
  • Implémentation
    Ici, tout est question d’organisation. La planification des actions et de la marche à suivre. Définir les responsabilités de chacun ainsi que les ressources adéquates. Le travail d’équipe est encore à l’honneur puisque chaque personne travaille afin d’établir ensemble une roadmap du projet. 
  • Apprentissage
    Premier feedback utilisateur, c’est un peu une sorte de crash test du projet. Grâce aux avis collectés, des retouches pourront être faites afin d’être certain d’être sur la bonne voie et de proposer le produit ou service le plus adapté. 

Les 5 étapes de Jeremy Gutsche 

L’étudiant de Stanford prend exemple sur les 7 étapes de Rolf Faste mais les modifie en ajoutant l’empathie et en retirant la sélection de l’implémentation. Ce qui nous donne dans l’ordre : 

  • L’empathie
  • La définition
  • L’idéation
  • Le prototypage
  • L’apprentissage

La première étape du Design Thinking pour Jeremy Gutsche est donc l’empathie. Se demander ce que souhaite le client et comprendre ses besoins. Être capable de connaître les besoins du consommateur avant même qu’il ne s’en aperçoive. C’est là tout le concept de Design Thinking dans cette méthode. 

À voir aussi : Qu’est-ce qu’un bon designer ?

Les 3 étapes de Tim Brown 

Au cœur de cette méthode, on peut trouver le concept de la pensée design. “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends.” Cette phrase de Nelson Mandela est une sorte de mantra pour Tim Brown. Il pense que pour avoir du succès il faut d’abord passer par beaucoup d’échecs. 

  • Inspiration
    Savoir ce qui vous entoure avant tout. Observer l’environnement de l’entreprise pour ensuite comprendre le comportement du client. Identifier le problème auquel il est confronté et trouver une solution adéquate. 
  • Idéation
    Jusqu’ici, c’est l’étape que l’on retrouve dans chaque méthode. On peut donc dire que c’est la plus importante. Générer des idées en masse grâce au brainstorming et les tester ensuite pour voir lesquelles se détachent du lot. Avant même de faire une pré-sélection ce qui permet d’avancer plus rapidement. 

  • Implémentation
    Faire un point sur les besoins et ressources nécessaires à l’établissement du projet. En utilisant par exemple le storytelling et la simulation.

 

Globalement chaque méthode se rejoint et garde les mêmes axes. L’approche est simplement différente et propre à chacun. Chaque entreprise et chaque secteur peut et doit avoir sa propre approche du Design Thinking. 

 

À lire aussi : Growth Hacking : tout comprendre sur son fonctionnement.

 

Écrit par : Lisa Lambert, We Do Agency