Tribune

La 5G : Révolution digitale ou désastre écologique ?

Avatar

Publié

le

La cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile s’apprête à entrer progressivement dans notre vie de tous les jours et son déploiement annonce plein de promesses. En effet, la 5G n’est pas seulement une évolution des normes 3G et 4G que tout le monde a appris à connaître ces dernières années. Elle représente un véritable changement de paradigme qui nous oriente vers un futur où tout sera connecté… Non sans quelques craintes.

 

L’essentiel à savoir sur la 5G

La 5G est une évolution naturelle des normes qui étaient à la base des générations de connexions mobiles 2G, 3G et 4G. Elle devrait favoriser le développement d’une société entièrement connectée et mobile et être à la base de transformations socio-économiques dont beaucoup ne peuvent être imaginées à ce jour, y compris en termes de productivité, de durabilité ou de bien-être.

 

Flash-back sur les générations précédentes 

Pour mieux apprécier la 5G, petit retour en arrière sur les générations précédentes :

  • La deuxième génération (2G) de téléphonie mobile était principalement centrée sur les services vocaux, où les terminaux étaient encore définis comme des téléphones portables. 
  • La troisième génération (3G) a accompagné l’arrivée des premiers smartphones et de la navigation mobile, sans exigence particulière de trafic, puisque les appareils ne permettaient que de petits échanges et ne nécessitaient pas de vitesses élevées. 
  • La quatrième génération (4G), celle d’aujourd’hui, a été mise en place pour les besoins en streaming audio et vidéo, la navigation, l’utilisation de nombreuses applications interactives et un besoin croissant en bande passante pour tout type d’opération.

Et maintenant la 5G !

La technologie 5G marque une rupture en donnant la possibilité d’être connecté en permanence et instantanément, brisant les limites de la 4G actuelle en rendant la mobilité omniprésente. La victoire du middleware, l’explosion du cloud, l’interconnexion entre différents systèmes et technologies, la 5G est tout simplement une révolution dont l’impact devrait de plus en plus évident, avec l’arrivée d’applications et d’appareils capables d’exploiter ses particularités. Mais la cinquième génération, c’est aussi et surtout un excellent moyen de gérer les communications et la couverture, de rendre les réseaux bien plus intelligents et d’intégrer réellement les personnes et l’Internet des objets au sein d’un même système d’information.

 

Pour en connaître davantage sur la 5G, vous pouvez regarder notre épisode On s’en Parle “La 5G, passée au crible”

 

Quid de ses effets sur l’environnement et la santé ?

  • Les impacts positifs de la 5G sur l’environnement.

Les partisans de la 5G considèrent que les caractéristiques de cette technologie en termes de vitesse, de bande passante et de latence, pourraient jouer un rôle majeur dans la réduction de l’impact sur l’environnement des êtres humains. En ce sens, on estime qu’en 2050, 70% de la population mondiale résidera dans de grandes métropoles, ce qui, selon les Nations Unies, intensifiera les problèmes existants tels que l’approvisionnement en eau. 

La technologie 5G pourrait améliorer la qualité des systèmes de gestion grâce à sa plus grande capacité à faciliter la collecte de données, et permettre de fournir instantanément des informations détaillées sur le niveau et la qualité de l’eau. L’activité agricole également, qui consomme environ 70% de l’eau disponible, gagnerait en efficacité dans la gestion de ce bien. Car, un meilleur suivi de cette activité se traduirait par une diminution de la consommation non seulement en eau, mais aussi en engrais et en pesticides, permettant une application plus précise.

De même, les futurs systèmes de contrôle du trafic routier dans les grandes villes qui s’appuieront sur la 5G, aideront à réduire la consommation d’énergie et, par conséquent, la pollution. La technologie 5G devrait permettre instantanément de mettre à jour les données de tous les véhicules et, par conséquent, de réduire la congestion des rues. De plus, les systèmes énergétiques intelligents dans les bâtiments permettront d’ajuster efficacement les niveaux d’éclairage, de chauffage et de refroidissement des pièces en fonction de l’occupation, optimisant ainsi l’utilisation des ressources.

  • Et les inconvénients ?

Les fréquences des téléphones portables ont jusqu’à présent été inférieures à 2,6 Gigahertz (GHz). Si le réseau 5G permet aujourd’hui d’exploiter des fréquences allant de 2 à 3,7 GHz, l’évolution de la 5G devrait permettre d’atteindre la fréquence de 60 GHz. Pour être efficace, la 5G exigera cependant beaucoup plus de tours de transmission pour couvrir une zone donnée. En ce sens, bien que les antennes de communication soient traditionnellement situées sur des tours ou des toits, les nouvelles stations émettrices 5G pourront être installées pratiquement n’importe où dans de petites boîtes. 

Ainsi, cela impliquerait une augmentation du rayonnement, car elles seront plus proches des citoyens en raison de leur emplacement. Si les effets sur la santé de ce rayonnement restent controversés, le principal problème environnemental lié au réseau 5G est l’augmentation de la consommation en énergie des consommateurs finaux, qui contribuent aujourd’hui largement au changement climatique. La fabrication et la maintenance de nouvelles technologies associées à la 5G, ainsi que l’augmentation conséquente de la consommation en raison de l’incursion sur le marché des nouveaux appareils, pourraient avoir de graves conséquences. Cette avancée technologique pourrait donc réellement influer la relation entre technologie et environnement. 

  • Quels sont ses effets sur la santé ?

Malgré la controverse déclenchée autour de la 5G et la crainte qu’elle ne provoque diverses maladies comme des cancers, pour le moment aucune donnée ne permet de confirmer ou d’infirmer que cette nouvelle technologie aura des effets néfastes sur la santé. Cependant, afin d’évaluer les effets négatifs potentiels de la 5G sur notre santé, nous pouvons nous appuyer sur les études disponibles sur les effets des émissions liées à la 2G et à la 3G, et émettre des hypothèses sur ce qui pourrait se produire à la suite d’expositions différentes.

Cependant, il faudra des années d’études à partir de son déploiement pour obtenir des réponses plus précises. Ce que nous savons jusqu’à présent est cependant plus rassurant qu’alarmant. Certes, la 5G utilisera des fréquences plus élevées que la 2G, la 3G et la 4G, ce qui pourrait en effrayer plus d’un. Mais il n’en demeure pas moins que, même à des fréquences plus élevées, la capacité de pénétration de ces ondes dans les tissus humains devrait rester toujours faible et limitée aux couches superficielles de la peau, l’énergie n’étant pas suffisante pour endommager l’ADN.

En prenant en compte l’évolution du réseau et les capacités des antennes 5G, l’intensité des signaux et les fréquences utilisées, nous pouvons penser que l’exposition restera limitée et que les effets négatifs seront comparables voire inférieurs à ceux résultant des technologies actuelles. La vigilance reste cependant de mise car le niveau d’exposition dépendra beaucoup de l’augmentation du nombre de services et d’objets connectés.

 

A lire aussi : La 5G et sa mise en place : qu’est-ce qui nous attend ?