Tribune

Les “Dark Patterns” nous ont tous déjà manipulés

Julia Bost

Publié

le

Il est fort probable que vous ayez déjà eu affaire aux “Dark Patterns” sous leurs différentes formes. 

En tant que terme, Dark Patterns a été inventé pour la première fois par le designer UX, Harry Brignull (PhD Cognitive Science) en août 2010. 

Mais qu’est-ce que c’est ? 

Ce sont des techniques de manipulation utilisées dans les sites web et les applications qui ont pour but de tromper volontairement l’utilisateur pour le bénéfice du fournisseur. Ce sont des choix de conception design qui peuvent être représentés par des éléments d’interface graphiques ou textuels qui induisent les utilisateurs en erreur en omettant et rendant peu claires certaines informations ou en présélectionnant des options qui avantageraient l’entreprise. 

Vous avez sûrement déjà croisé ce genre de design trompeur : 

 

 

Les publicités déguisées 

Il s’agit principalement de faux boutons de confirmation qui redirigent vers une page de publicité non sollicitée (et pour la plupart des publicités assez louches). On les retrouve le plus souvent sur des sites de streaming illégaux en incitant au clic. 

Par exemple : le fameux “Regarder en HD et télécharger” qui renvoient vers toutes sortes de pages non désirées. 

Les coûts cachés 

C’est une technique qui permet d’attirer plus de clients grâce à des prix attractifs. Durant la phase de recherche initiale, l’utilisateur est happé par des prix défiant toutes compétitivités ; il déchante très vite lorsque, arrivé à la dernière étape du processus de commande, des frais inattendus sont ajoutés au tarif. 

Par exemple : frais de livraison élevés, taxes etc… 

Vie privée façon “Zuckerberg” 

C’est une technique qui amène l’utilisateur à partager plus d’informations personnelles qu’ils ne le souhaiteraient au moment de son inscription. Le prétexte commercial est d’en apprendre plus sur vous pour bénéficier d’une meilleure expérience utilisateur mais n’oubliez pas : si vous obtenez quelque chose gratuitement, vous le paierez principalement via l’obtention de vos données à des fins publicitaires.

Parcours du combattant pour supprimer son compte (Roach Motel) Si l’inscription était pourtant simple et rapide, cette technique consiste à vous garder comme “prisonnier” du site : l’option pour supprimer son compte est quasiment introuvable. 

Les achats surprises 

 

Ce sont des achats qui se glissent dans votre panier à votre insu ; cela se fait souvent au moyen d’une case précochée très peu visible

ou d’une étape présentée comme obligatoire mais finalement optionnelle.

Avec ces quelques exemples, vous pouvez déjà apercevoir le côté pervers des dark patterns : il s’agit clairement de faire passer ses objectifs avant l’expérience utilisateur, et avant les objectifs même de cet utilisateur. 

 

 

Une erreur éthique 

Manipuler en trompant les utilisateurs afin d’obtenir plus d’argent et/ou plus de données n’est pas seulement une erreur éthique, mais aussi une mauvaise stratégie pour les entreprises. En leur forçant la main, les utilisateurs ne se souviendront pas d’une expérience client agréable, ils se sentiront dupés et ne reviendront pas. 

Si les “Dark patterns” sont généralement utilisés dans les entreprises qui ont pour objectifs de s’enrichir rapidement, certaines grandes entreprises les utilisent également de manière assez subtile. 

Un Hall of Shame a même été créé sur Twitter qui montre les différents “Dark patterns” rencontrés sur différents sites. Pour y jeter un coup d’œil : @darkpatterns 

Il est donc essentiel pour tous, designers et créateurs, d’adopter une attitude responsable envers les utilisateurs et de s’interroger sur le fait d’offrir des plateformes numériques de qualité appréciées des utilisateurs et respectueux de leur vie privée. Les services “gratuits” basés sur la publicité doivent être réévalués : il faudrait instaurer davantage de transparence et faire en sorte que les utilisateurs puissent prendre des décisions complètement éclairées sur la manière de partager leurs informations.