Tribune

Quelles sont les conséquences du développement de l’intelligence artificielle dans les entreprises ?

Yasmine Saouab

Publié

le

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle (IA) est principalement développée dans le but de faciliter le processus de décision en se basant sur un système de prédiction. Cette dernière consiste à compléter un manque d’information. En effet, elle utilise l’information dont on dispose, les data, pour générer des informations qui nous échappent. 

L’IA est donc une réelle opportunité pour les entreprises et notre économie. Elle touche tous les secteurs car elle peut être utilisée autant dans les secteurs traditionnellement associés à un processus de prédiction comme l’assurance ou le secteur bancaire (détection de fraudes, études de la valeur de crédits ou d’assurances santé) mais également dans des secteurs historiquement moins associés au processus de prédiction comme l’automobile avec les voitures autonomes, le secteur judiciaire avec l’utilisation de reconnaissance d’images ou encore le secteur pharmaceutique qui grâce à l’IA développerait, plus rapidement et en dépensant moins d’argent, des médicaments plus efficaces.

Comme mentionné auparavant, l’IA se nourrit de la data pour produire des prédictions. Ainsi, la data ou donnée en français est devenue le nouveau pétrole du 21ème siècle. Il en existe de tout type : la data brute, la data « entraînée » qui a déjà subi des altérations et qui permet de générer l’algorithme ou encore la data « feedback » qui permet d’améliorer la performance de l’algorithme. Ainsi, il semblerait que l’IA dispose d’une source inépuisable pour faire des prédictions.

 

 

Mais où se place l’Homme dans ce processus ? 

L’Homme qui auparavant se chargeait de faire des prédictions semble maintenant dépassé par la puissance de l’IA. Toutefois, une prédiction n’est qu’une contribution au processus de décision. En effet, pour prendre une décision il faut être capable de jugement, c’est-à-dire, de comprendre les conséquences associées à une certaine décision ou action. Or cette capacité de jugement est détenue par l’homme et est associée à un esprit critique. Ainsi, à l’heure actuelle, l’IA n’est pas capable de se substituer à l’Homme.

Il s’agirait alors de diviser le travail en allouant des rôles basés sur les compétences dont dispose l’Homme vis-à-vis de la machine. C’est tout aussi simple que la théorie de la division du travail d’Adam Smith (1759). Pour mettre en place une division du travail efficace, il faut identifier les forces et les faiblesses de l’Homme face aux machines. 

Des études montrent que notre cerveau traite l’information différemment quand on prend une décision rapide et de manière intuitive comparé à des situations où l’on réfléchit à la résolution d’un problème. En se basant sur cette première découverte, des chercheurs sont parvenus à la conclusion que les Hommes sont mauvais avec les statistiques et sont sujets à des biais cognitifs (distorsion dans le traitement d’une information). A l’inverse, l’IA est plus douée que les Hommes quand il s’agit de traiter des interactions complexes entre différents acteurs ou encore lorsque beaucoup de données sont disponibles. Cependant, l’IA a aussi des faiblesses : elle éprouve des difficultés à formuler de bonnes prédictions lorsqu’il s’agit d’évènements rares ou lorsqu’il y a trop peu de données là où l’Homme excelle. En effet, les Hommes sont plus doués pour formuler des prédictions lorsqu’il y a peu de données et ils savent prendre des décisions face à des situations inhabituelles ou rares en faisant des analogies avec des expériences similaires. 

En conclusion, l’Homme et la machine sont meilleurs aux prédictions lorsqu’ils travaillent ensemble puisqu’ils sont tous les deux doués sur différents aspects du processus de prédiction. Il s’agirait alors d’établir une division du travail basée sur une séparation cognitive VS physique.

  

À lire aussi : Des lunettes de réalité mixte grand public enfin disponibles

 

Maintenant que vous en savez un peu plus sur l’IA, il semble intéressant d’essayer de comprendre comment l’IA peut impacter la société et l’économie.

Pour cela, il faut d’abord se demander si l’IA est une technologie d’application générale, c’est-à-dire une technologie capable d’affecter une économie entière et de modifier radicalement les sociétés en agissant sur les structures économiques et sociales existantes. 

Il semble difficile de répondre à cette question de manière définitive car il est encore trop tôt pour le dire. En effet, l’IA ne s’est pas encore diffusée mondialement. Toutefois, on peut admettre que l’IA est de plus en plus sollicitée dans le milieu professionnel. En effet, de plus en plus d’offres d’emplois postées en ligne, tous secteurs confondus, recherchent des employés disposant des compétences liées au machine Learning.  Cela signifie que le machine Learning est utilisé à ce jour dans de nombreuses industries. 

Ainsi, il est établi que l’IA est de plus en plus utilisée. On peut alors se questionner sur l’existence de risques liés à son utilisation. L’IA entraîne de nombreux risques dont les principaux sont les suivants : les biais, la menace de la vie privée et de la sécurité liée à l’utilisation des data. Prenons par exemple, le thème de la sécurité pour illustrer les risques liés à l’utilisation de l’IA. La voiture autonome se conduit seule grâce à des algorithmes et lors de tests une situation a attiré l’attention des chercheurs face à la question suivante « Si elle est obligée de choisir, qui, une voiture autonome, devrait-elle tuer dans un accident inévitable ? ». Devrait-on sacrifier le passager du véhicule pour sauver les piétons ? ou bien devrait-on tuer un piéton pour sauver une famille de quatre personnes dans le véhicule ? La vraie question selon moi, est devrions-nous laisser un algorithme décider de qui doit mourir et qui doit vivre ? 

Parmi les inquiétudes les plus présentes, on retrouve l’idée que les robots et donc l’IA creuseraient l’inégalité salariale. Il est en effet très probable que l’inégalité salariale augmente : il semblerait que bien que l’IA favoriserait l’augmentation du PIB, elle entraînerait la chute du salaire individuel moyen. De plus, il est certain que l’IA mettrait l’accent sur un changement technologique axé sur les compétences. Finalement, pour ne pas être dépassé par l’IA, l’Homme se doit de suivre une formation continue et d’être attentif aux changements des tendances. Il est également important de comprendre que les nouvelles technologies comme l’IA viennent supplémenter l’Homme et non le remplacer. Une fois que cela sera compris de tous, nous pourrons accéder au progrès.