Tribune

Les enfants et la technologie : font-ils bon ménage ?

Lea Burel

Publié

le

Aujourd’hui, la puissance des technologies de l’information et de la communication sont omniprésentes dans notre quotidien et affectent pratiquement toute la sphère économique, sociétale et culturelle. Ce phénomène n’épargne pas nos enfants. 

Dès la naissance, les enfants baignent dans un flot constant de connexions et de communications digitales.

En effet en 2020, un enfant de 4 ans est capable d’ouvrir une application et de l’utiliser sans problème. Il sait ouvrir Snap, prendre une photo avec un filtre, insérer des emojis et surtout envoyer le message sans même savoir lire.

Effrayant ou tout simplement normal, c’est la question qu’une grande majorité d’entre nous se pose.

Les enfants sont équipés de smartphones de plus en plus tôt et sont très actif sur les réseaux sociaux (un univers pas toujours très tendre).

Est-ce tout simplement les laisser évoluer avec leur temps ou troubler l’évolution de leur cerveau ?

Si l’on revient deux générations en arrière, les adultes étaient choqués du temps que les enfants pouvaient passer devant la télé, ensuite, cela a été les jeux vidéo et nous voilà arrivé à l’utilisation abusive des réseaux sociaux qui occupe la majorité du temps de la petite génération z. 

En réalité, des études démontrent qu’au fur et à mesure qu’ils grandissent, la capacité de la numérisation à façonner leurs expériences vitales accompagne leur évolution et leur offre des possibilités apparemment illimitées d’apprendre et de socialiser, d’être pris en compte et de faire entendre leur voix. 

Mais n’y a-t-il pas un risque psychologique contraire, et que la socialisation faite sur les réseaux sociaux se transforme en solitude ? 

Pensez-vous qu’aujourd’hui, un enfant grandissant sans smartphone risque d’avoir des retards psychologiques par rapport aux autres ?